diamant comme moi - différent comme moi

Une exposition à voir du 15 septembre 2011 au 31 mars 2012, galerie LA Joaillerie par Mazlo, Paris.


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.
Charles Baudelaire, in Correspondances, Les Fleurs du Mal, 1857.
  

Cette exposition inaugure un cycle entièrement dédié au diamant. Son ambition ? Tenter d’explorer l’inépuisable expressivité naturelle de cette gemme hors-norme, au travers d’oeuvres de Haute-Joaillerie uniques, créées spécialement par Karl et Robert Mazlo

Il faut dire que le diamant a depuis longtemps perdu de sa superbe. Gemme "de tous les superlatifs", tour à tour vénéré, diabolisé, imité puis galvaudé, il est aujourd’hui plus que jamais le symbole d’une société vidée de ses aspirations.

Dépouillé de sa dimension symbolique originelle, le diamant n’est plus pour ainsi dire qu’une vieille courtisane couverte des oripeaux d’une gloire passée. Il n’éveille plus le désir. Pourtant jamais gemme ne se sera prêtée avec autant de grâce au jeu subtil des "Correspondances". Jamais en effet la Nature n’aura produit reflet plus fidèle à la Condition Humaine…

 Cette exposition a justement pour ambition de renouveler le regard porté sur le diamant en dressant de cette gemme un portrait anthropomorphique.

En effet, qu’elle soit racoleuse ou stéréotypée, l’image du diamant n’échappe pas aux clichés. Celui-ci se retrouve bien souvent associé à des slogans réducteurs qui ne font qu’effleurer sa diversité et surtout son extraordinaire expressivité.

En procédant par analogie, l’exposition effectue un rapprochement entre deux conditions, humaine et minérale, également touchées par le poids du regard et les préjugés. Le visiteur, invité à découvrir cette autre vision de la réalité du diamant, est finalement conduit à s’interroger sur les facteurs qui déterminent l’essence de sa propre personnalité et la façon dont il l’exprime.

Les quatorze bagues exposées reflètent la vision très personnelle de chacun des créateurs : des pièces aux formes abstraites et ornementales alternent avec des oeuvres plus figuratives mettant en scène des personnages aux accents contemplatifs.

Toutes les formes du diamant ont été convoquées: brut, blanc, coloré, facetté et bien-sûr les tailles anciennes que Karl et Robert Mazlo affectionnent tout particulièrement.