JANA MACHATOVA

Attachment Image Attachment Image Attachment Image Attachment Image

BIOGRAPHIE

Née en 1972 à Hnusta en Slovaquie, Jana Machatova vit et travaille à Stupava, Slovaquie. Après avoir obtenu son diplôme de l’école de Arts Appliqués de Kremnica en 1990, elle poursuit son cursus sous la direction du professeur Anton Cepka à l’Académie des Beaux Arts et du Design de Bratislava, d’où elle sort diplômée en 1997.
Depuis 1992, elle participe régulièrement à des expositions internationales et ses oeuvres font partie de collections privées et publiques (Slovak National Gallery (Bratislava), Hejral Collection Smržovka (République Tchèque).

 

"Jana Machatova est l'une des premières artistes slovaques à avoir terminé ses études de bijouterie au sein de l'Académie des beaux-arts et du design de Bratislava (sous la direction de Cepka et Weisslechner). Pendant son cursus, sous l'influence de Cepka, elle connaît une période géométrisante et cinétique; cependant, son intérêt se déplace rapidement vers le thème de la mémoire. Elle l'explore sous forme de strates interconnectées - à travers sa propre histoire, teintée d'un optimisme rétrospectif et ponctuée de commentaires, qui entourent d'une aura douce-amère les moments de l'enfance. Ainsi, elle met en scène les traces d'une mémoire personnelle, familiale ou fictive sous forme de médaillons à l'aide de photographies laminées ou de de feuilles d'argent découpées qui s'intègrent dans un contexte plus large. Dans ses bijoux, la Tchécoslovaquie socialiste défile sous nos yeux avec ses divers attributs - insignes des Jeunes Pionniers, grands ensembles et leurs logements préfabriqués, fils barbelés. Les baisers échangés par les chefs de parti, les Spartakiades, les travailleurs heureux et les enfants joyeux constituent une description éloquente de l'époque socialiste - au sein de la poétique sentimentale et ironique de l'artiste, ils se retrouvent souvent accompagnés d'un luxueux fond doré et de motifs d'arrière-plan bucoliques. Une autre facette de son travail, qu'elle revisite régulièrement, est liée à la trame narrative fournie par des cartes postales et des coupures de journaux anciens, dans l'une de ses dernières séries consacrée, entre autre, à l'histoire de l'artisanat féminin." -- Viera Kleinova, 2019