Attachment Image Attachment Image Attachment Image Attachment Image Attachment Image Attachment Image

GISBERT STACH

Né en 1963 en Allemagne à Fribourg-en-Brisgau, Gisbert Stach vit et travaille aujourd’hui à Graefelfing et Munich.
Après une formation professionnelle d’orfèvre à la Staatliche Berufsfachschule für Glas und Schmuck, de Kaufbeuren-Neugablonz, il étudie la sculpture et la bijouterie de 1988 à 1990 sous la direction de l’artiste et bijoutier Peter Skubic à l’Université des Sciences appliquées pour l’art et le design de Cologne. De 1991 à 1996, il rejoint l’académie des Beaux-Arts de Munich pour y étudier l’art du bijou sous la direction du professeur Otto Künzli.

Ses oeuvres sont présentes au sein de nombreuses collections muséales et privées, notamment Die Neue Sammlung - Design Museum de Munich; la Fondazione Cominelli à Brescia; le Musée d’art moderne de Tarragone; Musée des arts et métiers d’Itami au Japon; Galerie d’art de Legnica en Pologne; le Museum of Bohemian Paradise de Turnov en République Tchèque; Musée de l’ambre de Gdansk en Pologne. Outre de nombreuses expositions personnelles telles que «Schmuck und Experiment» (Bijou et expérimentation)organisée pendant la dernière édition (2019) de la Munich Jewellery Week par la galerie Bayerischer Kunstgewerbeverein, son travail est fréquemment présenté dans des expositions collectives. On se rappelle notamment de l’exposition Medusa, organisée au Musée d’art moderne de la ville de Paris en 2017.

Dans le paysage du bijou contemporain, Gisbert Stach apparaît comme l’un des artistes les plus conceptuels et les plus caustiques de sa génération avec des oeuvres associant aussi bien le bijou que la vidéo, la photographie et la performance. Ses oeuvres portent un regard ironique sur la perception du bijou, de sa valeur et de ses fonctions, tout en procédant par l’absurde : une bague de fiançailles en or sertie de pierres est photographiée tandis qu’elle se dissout dans un bain d’acide qui toutefois conserve en son fluide toute la valeur du matériau initial.
L’ambre (également appelé or de la Baltique) est broyé pour servir de chapelure à des batonnets de poisson en silicone ou remodelé pour représenter les différentes étapes de cuisson d’un toast...