SUNGHO CHO

À PROPOS
RECYCLAGE & VALEUR RÉINVENTÉE
VOIR SES OEUVRES

Né en 1975 à Cheongsong, en Corée, Sungho Cho est diplômé en art du métal et bijouterie de la Seoul National University. Entre 2006 et 2008, il part étudier à Florence au sein de la prestigieuse école Alchimia auprès de deux maîtres du bijou contemporain, Manfred Bischoff et David Bielander avant de compléter sa formation de 2008 à 2013 à l’Académie des Beaux-Arts de Munich, auprès d’Otto Kunzli.

Entre abstraction et figuration, les oeuvres de Sungho Cho se signalent par leur humour et leur charge discrètement subversive. L'artiste mèle avec brio un travail du métal à la fois élégant et sophistiqué et l'emploi décomplexé de matériaux pauvres comme le bois et les plastiques recyclés. Cette association improbable est mise au service d'un propos souvent grave et d'une vision sans complaisance du monde qui l'entoure. Depuis quelques années, il poursuit une réflexion sur la relativité des valeurs financières et monétaires en utilisant des cartes de crédit et de membres qui matérialisent la vacuité des valeurs contemporaines et la disparition programmée de notre libre-arbitre.

Il reçoit en 2013 le titre coréen du Meilleur Bijoutier de l'année et ses oeuvres figurent régulièrement  au sein d'expositions en Europe et aux USA. Ses oeuvres sont présentes dans de nombreuses collections permanentes de musées internationaux tels que le Stedelijk Museum (Amsterdam), le Museum of Contemporary Craft (Portland, USA), The Chiwoo Craft Museum (Corée) et la Alice and Louis Koch Collection (Bâle, Suisse).

 

  
À PROPOS DE LA SÉRIE "PEOPLE"

 

 

 

De nos jours, notre vie est facilitée par diverses cartes en plastique telles que les cartes de crédit. Cependant, ces mêmes cartes portent ironiquement en elles un potentiel de nuisance. Elles peuvent se transformer en armes et menacer la liberté des personnes, en enregistrant chacun de leurs mouvements. Les cartes en plastique ont remplaçé l’argent physique à l’intérieur de nos portefeuilles, et nous espionnent secrètement. En tant qu’artiste du bijou travaillant le métal, je suis à ma façon un espion professionnel: je scrute et inspecte les matériaux. Les cartes en plastique que j’utilise comportent une grande variété d’informations visuelles malgré leurs dimensions limitées. Ces cartes destinées à être jetées, chargées de leurs innombrables secrets, reviennent à la vie sous la forme de visages étrangers.
Grâce aux cartes en plastique, en particulier la carte de crédit, nous pouvons pister beaucoup de choses, peut-être presque tout, comme le niveau économique, les changements de vie et le rayon d’action dans le « temps ». J’ai donc décidé d’utiliser la carte plastique dans mon travail pour sa signification implicite. La forme humaine représentée sous la forme de strates successives symbolise l’historique des caractéristiques enregistrées du propriétaire.